•  

    Accueil

    Accueil


     

    L'Union européenne - une vraie réussite

    L'Union européenne ne doit plus être présentée. En l'espace d'un demi-siècle, elle a apporté à ses citoyens une stabilité politique et une prospérité économique. Elle a aménagé un marché unique sans frontières et mis en circulation une monnaie tout aussi unique, l'euro. Elle a rassemblé un continent fragmenté. L'Union européenne constitue une grande puissance économique et commerciale et est la championne du monde de l'aide au développement des pays moins riches. Ses États membres, initialement au nombre de six, sont maintenant 27, si bien que sa population atteint près d'un demi milliard d'habitants.

    Tous les pays européens ne sont pas, ou ne souhaitent pas, devenir membres de l'UE, mais celle-ci accueille favorablement les demandes d'adhésion de n'importe quel pays européen démocratique. L'Union entretient des relations étroites et amicales avec tous ses voisins, tant en Europe qu'avec les pays orientaux et méridionaux du bassin méditerranéen.

    Riches de leur diversité, les pays qui forment l'Union sont aussi unis dans leur engagement commun en faveur de la pais, de la démocratie, de la primauté du droit et du respect des droits de l'homme. Ils œuvrent au rayonnement de ces valeurs en Europe et au-delà, à la création et au partage de la prospérité et à l'exercice d'une influence collective par une action conjointe sur la scène internationale.

    Accueil


     


    18 commentaires
  • Allister HEATH(journaliste Anglais nous explique le chemin de fer en Grande Bretagne)

    Le mauvais service, l'inconfort des voitures et le mauvais entretien des rails sont le legs de la nationalisation. Le gouvernement britannique a longtemps contrôlé les chemins de fer sans pour autant y investir grand chose. Contrairement à la France, où l'Etat a fait dépenser des centaines de milliards de francs aux contribuables pour les TGV, les chemins de fer Outre-Manche furent privés d'argent pendant au moins un quart de siècle. Comment quelques années de privatisation pourraient-elles réparer si vite les maux de plusieurs décennies?

    En outre, la privatisation n'a pas été menée à son terme. Plutôt que de déréglementer entièrement les relations entre les nouvelles entreprises, les régulateurs ont gardé le pouvoir.

    Railtrack obtient la majorité de ses revenus à partir des frais imposés aux opérateurs qui empruntent ses réseaux ferroviaires. La première erreur économique des régulateurs a été d'imposer un système de tarification forfaitaire. Ce qui fait que 9% seulement des charges versées à Railtrack en 1998-99 tenaient compte de l'intensité d'utilisation, d'après le rapport annuel de l'entreprise. C'est à dire que Railtrack gagne la même somme, que l'opérateur fasse circuler cinquante ou cent trains. Rien ne motive donc l'entreprise, qui ne cherche pas à développer son réseau pour faire face à la demande. D'où des tensions avec les opérateurs dont les services profiteraient d'une amélioration de l'infrastructure.

    Les politiciens français devraient aussi considérer la deuxième grande erreur britannique: les opérateurs doivent payer des amendes dès que leurs trains accumulent du retard; or les travaux sur les voies ferrées, dont ils n'ont pas le contrôle, contribuent à ces retards. Ils refusent donc de discuter l'amélioration et le développement du réseau avec Railtrack. Les travaux sont bâclés, menaçant la sécurité des passagers et ouvrant la porte à des accusations mal placées "d'échec du marché". Il est clair que le temps de réparation des rails ne devrait pas nécessairement être pris en compte dans l'évaluation des retards d'un opérateur.

    La véritable solution libérale

    L'échec partiel des réformes britanniques est imputable au fait qu'elles ne sont qu'à moitié libérales. La France doit tenir compte des ces erreurs et véritablement privatiser son système ferroviaire si elle ne veut pas tomber dans le même piège. Seule une industrie fondée sur la propriété privée, sur la liberté des contrats et affranchie de toute réglementation étatique peut assurer le transport des passagers et des marchandises d'une façon réellement efficace et juste.

     

    Accueil


     


    13 commentaires
  • Saluons cet événement majeur dans l'histoire de notre Europe ,qui se dote enfin d'un président ,un seul représentant pour le monde entier !.

    Evitons néanmoins de se faire trop d'illusion sur sa marge de manœuvre, il essuiera les plâtres ,et les conséquences  des réactions et attitudes que la nouvelle situation créeras dans les hautes sphères  des 27 .Souhaitons néanmoins qu’il ouvrira la porte fermé hermétiquement jusqu’ alors ;et que de cette nouvelle donne, qui ne peut à moyen terme que donner des résultats positifs ,ne soit pas trop entravée dans les cas bien précis, par de vielles et tenaces habitudes  du genre déclarations ou engagements individuels , inopportuns, dans ce nouveau schéma , Attendons avec intérêt les critiques sur  l’homme qui n’est pas très bien connu du public  mais très bien de ses électeurs  parlementaires européens .quant à moi je lui souhaite bon vent !!!

     

    Accueil


     


    10 commentaires
  • Il est indispensable de se rappeler que ,derrière ce mur , forcé et démolis ,par le peuple oppressé de la RDA ,le parti communisme soviétique vivait ses derrières heures . Cette dictature totalitaire qui à faillie gagner l'Europe entière ,par ses mensonges ,ses crimes  et sa propagande ,diffusée par les européens eux mêmes  (pour le bonheur de leurs camarades ) ,à avorté par le simple réalisme du libéralisme occidentale ,et l'envie de liberté des peuples. 
    l'Allemagne réunifié marqué à jamais par ces années noire du nazisme, à retrouvé sa place en Europe les pays satellites de l'URSS  ont également retrouvés en partie l'EU ,
    notre devoir est ,pour nous européens, d'œuvrer ensemble pour une paix durable, et le développement de ce grand projet ,seul issue pour l'avenir des générations futures .

    Accueil


    15 commentaires
  • Globalement on peut dire que les pays européens qui ont fait le choix de l'euro sont gagnants, contrairement aux fables racontés ici ou la, ce qui ne veut pas du tout dire que le crise est terminée mais cette carte éclaire nettement la situation.

    Accueil



    9 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique