• Haïti : où est l'Europe ?

     

    Le blog du bureau de Bruxelles - 15/01 - François BEAUDONNET

    nng_images

    Avec le traité de Lisbonne, on allait voir ce qu'on allait voir ! Barack Obama et Dimitri Medvedev n'avaient qu'à bien se tenir, l'Europe allait enfin avoir un visage, elle allait enfin exister sur la scène internationale.

    Patatras ! La première crise mondiale (Haïti) montre que cette Europe là n'existe pas. Alors, oui bien sûr, se tiendra ce Lundi à Bruxelles une réunion d'urgence des 27 ministres de l'aide au développement pour coordonner leurs efforts. Mais quelle décision en attend-on ? Aucune. Au mieux, une déclaration de bonnes intentions que l'on pourrait écrire à l'avance.

    Catherine Ashton, la nouvelle diplomate en chef de l'UE (qui a annoncé hier la tenue de cette réunion), n'a même pas daigné se rendre en Haïti. Elle a raison si sa venue avait dérangé (un avion de plus dans un aéroport dévasté et surchargé). Mais cela aurait marqué un premier acte politique fort.

    Le nouveau président stable de l'UE, Herman Van Rompuy, s'est contenté lui d'un simple communiqué, dans lequel il exprime sa "solidarité". Aucune déclaration, aucune interview, sa légendaire discrétion serait elle en train de virer au mutisme ?

    Pendant ce temps, sur le terrain, l'aide humanitaire belge, allemande, française, italienne ...(en tout 9 pays de l'UE) arrive à Port-aux-princes, en ordre dispersé. Et combien d'avions aux couleurs de l'Europe ? Aucun. Or, tous les secouristes le disent : ce qu'il manque dorénavant, c'est de la coordination.

    La commission européenne a annoncé avoir débloqué la somme de 3 millions d'euros. Les Etats-Unis, 100 millions de dollars. Alors bien sûr, le budget de Bruxelles n'est pas comparable avec celui de Washington. Mais tout de même, cette aide d'urgence européenne ne représente que 10 % du budget annuel alloué par l'Europe à Haïti.

    Enfin, la commission européenne a avoué aujourd'hui avoir appris par la presse que la France, les Etats-Unis, le Canada et le Brésil souhaitaient organiser une conférence internationale pour la reconstruction d'Haïti. Paris n'a donc même daigné l'en informer, voir l'associer.

    Bref, les nouveaux visages de l'Europe font déjà ...pâle figure.


    18 commentaires
  • Accueil



    19 commentaires
  •  

    Accueil

    Le sujet a fait polémique entre gauche et droite dès la présidentielle de 1981. «Je suis le seul candidat qui parle du problème de l'immigration», avait glissé Valéry Giscard d'Estaing lors de son duel télévisé de l'entre-deux-tours avec François Mitterrand. Après son élection à l'Élysée, l'ancien champion de l'union de la gauche s'est gardé de faire élaborer un projet de loi constitutionnelle sur le sujet controversé du droit de vote des étrangers.

    L'irruption du Front national sur la scène politique - le parti de Jean-Marie Le Pen obtient 10,95% des voix aux européennes de juin 1984 - tend encore le débat. Lors de la campagne présidentielle de 1988, François Mitterrand réaffirme sa volonté d'accorder le droit de vote aux étrangers aux élections locales s'il est réélu. Mais les enquêtes d'opinion réalisées dans l'entre-deux tours indiquent que cet engagement pourrait interdire au président de la République de l'époque de bénéficier du report des voix d'une partie des électeurs du FN. Et François Mitterrand déclare finalement que le moment n'est pas encore propice pour une telle réforme.

    L'adoption du traité de Maastricht, en 1992, relance le sujet. La Constitution est révisée et le droit de vote est accordé aux ressortissants de l'Union européenne pour les élections municipales et européennes. Devenu premier ministre après la victoire de la gauche aux législatives de juin 1997, Lionel Jospin montre peu d'allant à l'égard des demandes réitérées de ses alliées Verts et communistes en faveur de cette réforme. Une proposition de loi constitutionnelle accordant le droit de vote et d'éligibilité aux élections municipales aux étrangers en situation régulière est adoptée par l'Assemblée en mai 2000. Mais Lionel Jospin n'inscrit pas ce texte à l'ordre du jour du Sénat, et le texte n'aboutit pas.

    Une fois la droite revenue aux affaires, en 2002, la gauche fait de nouveau du sujet un de ses chevaux de bataille. Et Martine Aubry s'en empare aujourd'hui à son tour.


     


    16 commentaires
  • Accueil

    Le principe de précaution qui  a été introduit en droit communautaire par le traité de l’Union européenne,

     

    signé à Maastricht le 7 février 1992. L’article 130 R. §2 ,est l'outil adapté dans le cas précis d'une pandémie annoncée.
la réaction de chaque état membre contre ce risque sanitaire   reste à l’appréciation des responsables de  chaque équipe chargée de la santé ,décisions généralement  prisent suivant les analyses du risque fait par des experts spécialistes, qui comme à l'habitude sont très loin d’êtres unanimes dans leurs conclusions ,ce qui oblige dans cette incertitude  les responsables à  prendre les mesures suivant leurs consciences. Et  la il y l’opposition ,qui attend au coin du bois  et qui trouvera  mille raisons pour critiquer  la décision prise,  et la "volée de bois  vert" habituelle ,qui suivras comme toujours ,serra qu’un feu de paille , car au bout du compte cette polémique inutile ,fera ressortir encore un fois la triste réalité  sur nos partis d’opposition, incapables de construirent du concret, mais  néanmoins  aptes par nature  à se battrent contre des fantômes .Les Français apprécierons encore une fois !!


    12 commentaires